Virginie Teychené à Cogolin

On ne redira pas tout le bien que l’on pense de Virginie Teychené, alors quoi de mieux que de vous faire partager cet extrait d’une critique de Jacques Aboucaya, écrivain et journaliste, qui a longtemps enseigné les lettres classiques au lycée et l’histoire du jazz à l’université. Critique littéraire et musical, il a collaboré et collabore encore actuellement à diverses revues.

« Virginie Teychené a encore gagné en maturité et en aisance. Sa voix s’est approfondie dans les graves. Sa présence scénique a acquis un naturel qui l’autorise à vivre littéralement et sans retenue la musique, à en suivre les méandres, yeux clos, à se laisser bercer par le rythme.

A Marciac elle a sauté la case Astrada pour se trouver propulsée directement dans le grand bain, elle qui avait conquis l’an dernier, et pour la seconde fois, le public de la Place de l’Hôtel-de-Ville. Consécration méritée. Virginie est une surdouée. Rien d’étonnant si elle brûle les étapes. Son concert du 28, probablement le meilleur que j’aie jamais entendu d’elle depuis qu’elle prit son essor au festival de Juan-les-Pins en 2008, a confirmé, et au-delà, tout le bien qu’on pouvait penser de cette chanteuse de jazz »…

 

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=1ScUofvTnuk[/youtube]