Vincic Arts

dracenie.net

Média varois au coeur du sud

La Traviata de Draguignan à Fréjus

Le vendredi 14 décembre 2018, théâtres en dracénie propose un spectacle qui devrait être un moment fort de la saison(ce spectacle sera également proposé le dimanche suivant au théâtre du forum de Fréjus). La presse est unanime pour saluer la beauté de cette Traviata de Giuseppe Verdi revisitée par Benjamin Lazar, Florent Hubert et Judith Chemla. Treize interprètes inspirés réenchanteront donc La Traviata par leur relecture lumineuse et métaphorique de la célèbre Dame aux camélias d’Alexandre Dumas fils, qui refleurira plus tard en Violetta Valéry chez Verdi…

Note sur la Traviata vous méritez un avenir meilleur

On entend le carnaval depuis l’appartement où Violetta dépérit seule au dernier acte, et le peu qui en parvient offre pourtant une clef essentielle de ce qui nous fascine et nous touche dans cette histoire.  Juste après l’air célèbre «Addio del passato» où Violetta renonce définitivement à la vie et confie son sacrifice à Dieu, un chœur de jeunes gens déguisés chante pour accompagner la procession du Bœuf gras : faites place au Roi de la fête, couronné de fleurs et de feuilles de vignes. Or, cette procession avait été réellement remise à l’honneur pour le carnaval au XIXème siècle: les garçons bouchers déguisés promenaient le bœuf le plus gros de toute la ville avant qu’il soit exécuté à l’abattoir. Roi dérisoire, honoré et décoré pour être sacrifié impitoyablement à la mode antique au profit de la société qui le fête, ce bœuf, pour compléter le tableau, était suivi de deux chars représentant l’un le jeune Amour, l’autre, le Temps représenté par un vieillard et sa faux. Image inversée et peut-être, pour cela, identique : une femme amaigrie meurt sans ornement pour que la société puisse continuer à tourner telle qu’elle doit être. Derrière la piété saint-sulpicienne, surgit le paganisme le plus profond : assistons-nous à un sacrifice humain?

Peut-être pourrons-nous laisser le soin à Violetta de nous dire si le dieu honoré ainsi en vaut la peine, et à quoi pourrait ressembler cet «avenir meilleur» que le père d’Alfredo lui promet juste avant sa mort. (Benjamin Lazar juin 2016 – source dossier de presse).

  • Le vendredi 14 décembre à 20h30 au théâtre de l’esplanade de Draguignan.
  • Le dimanche 16 décembre à 20h30 au théâtre du forum de Fréjus.