Transport en Dracénie : l'accessibilité en route

S’ il est un service particulièrement utile en Dracénie, qui entre dans le champ des compétences de la Communauté d’Agglomération Dracénoise, c’est bien celui des transports. Et il est louable, que la CAD fasse oeuvre de bonne gestion en anticipant sur les obligations à venir en matière d’accessibilité de ses bus aux personnes à mobilité réduite. Outre le caractère toujours très « com » de l’article du Var Nice Matin d’ aujourd’hui sur la question, un détail peut objectivement interroger le lecteur. En effet, il semble que le vice-président de la CAD chargé des « transports » ait été oublié dans les personnalités citées. Enfin, s’ il est fixé un objectif à 2015 pour la mise aux normes obligatoires en la matière, pour tous les bus de la CAD avec un objectif intermédiaire de doublement des lignes de bus sur Draguignan en 2012, qu’en sera-t’il dans le cadre d’un horizon plus proche de la désserte des probables futures communes adhérentes à la CAD, comme entre autres, Salernes, Tourtour, Villecroze, Aups ou Châteauvieux ? Sachant que les normes d’accessibilité concernent non seulement les bus eux-mêmes, mais également la signalétique aux arrêts.

Si la compétence des transports est un véritable service public reconnu, l’enjeu des tenants de l’intercommunalité sera peut-être de démontrer véritablement l’intérêt de la mutualisation des moyens sur le plan financier, seul argument valable et peut-être, faire en sorte d’associer davantage les populations concernées en les consultant directement. Car une grande idée, un grand projet ne peut se construire sans la participation et l’adhésion du plus grand nombre.

LOI n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Ses articles 45 et 46 disposent de la nécessité d’une continuité de la « chaîne du déplacement » des personnes handicapées dans l’espace public et les transports collectifs par :

– l’accessibilité des transports publics aux personnes handicapées et à mobilité réduite réalisée dans un délai de dix ans à compter de la publication de la loi ;

-la mise en accessibilité de la voirie et des espaces publics par un plan communal ou intercommunal à l’initiative selon le cas du maire ou du président de l’établissement public de coopération intercommunale. Ce plan devra prévoir l’accessibilité des cheminements piétonniers et des aires de stationnement automobile de la commune ou de l’établissement public de coopération intercommunale. Ce plan s’intégrera au PDU le cas échéant ;

– la création d’une commission communale pour l’accessibilité des personnes handicapées dans les communes de 5.000 habitants et plus, composée des représentants de la commune, d’associations d’usagers et d’associations représentant les personnes handicapées. Le maire la préside et arrête la liste de ses membres. La commission après avoir dressé le bilan de l’existant établit un rapport annuel présenté en conseil municipal et fait les propositions qu’elle juge utiles.

En relation: