Roland Garros 2011 : Nadal entre dans l'histoire

Rafael Nadal, n°1 mondial au classement ATP remporte le tournoi du grand chelem, le tournoi de Roland Garros face à son frère ennemi, Roger Federer (7-5, 7-6, 5-7, 6-1). En remportant la coupe des mousquetaires une sixième fois, l’Espagnol égalise à 25 ans, le record détenu jusqu’alors par le légendaire Tennisman Suédois Björn Borg.

Le tournoi de Roland Garros restera à Paris. En optant le 13 février 2011 pour la modernisation et l’agrandissement du site historique de Roland-Garros à la Porte d’Auteuil à Paris, la Fédération Française de Tennis a fait un choix historique, sans aucun doute l’un des plus importants depuis sa création en 1920 ! Un choix tourné vers l’avenir, prestigieux, courageux, innovant, qualitatif, à forte connotation environnementale, tout en préservant une dimension historique incomparable.

Dès 2016, le nouveau Roland-Garros sera inauguré sur son site historique, à la Porte d’Auteuil. Mais entre le stade d’origine (doté de cinq courts sur 3,25 hectares), construit pour permettre, en 1928, aux Mousquetaires du tennis français de défendre « leur » Coupe Davis, et le futur temple de la terre battue, plus d’un siècle de modernité, de technologie, d’ambitions nouvelles séparent ces deux équipements.
Le nouveau stade permettra de répondre aux trois problématiques de départ posées par la FFT : disposer d’installations « couvrables » pour pouvoir assurer la continuité du jeu en cas d’intempérie ; offrir davantage de confort et d’espace à l’ensemble des populations du tournoi (aux joueurs et au public notamment) ; proposer un stade doté d’infrastructures modernisées en termes de conditions d’accueil, d’informations, de services, d’animations…
A l’issue de ces travaux de grandes envergures – sans aucun doute les plus importants depuis la construction du stade –, étalés sur plusieurs éditions du tournoi, Roland-Garros demeurera la seule épreuve du Grand Chelem organisée dans le centre d’une capitale mondiale, Paris en l’occurrence.
Mais au lieu de ses 8,5 hectares actuels, le stade occupera en configuration « tournoi » une superficie de 14 hectares, soit environ 60 % de surface utile supplémentaire. Toutes les activités propres à l’organisation du tournoi et à la vie fédérale à l’année seront regroupées au coeur du quartier d’Auteuil, renforçant la dimension « Village » de Roland-Garros. Au total, la FFT disposera de 35 courts en terre battue répartis sur son site historique (18, dont celui du jardin des Serres), sur le stade Jean-Bouin (13) et sur le « petit » Jean-Bouin (4), mais également d’un Centre National d’Entraînement flambant neuf. Totalement adaptée aux exigences du haut niveau, cette « académie fédérale » verra le jour sur l’actuel stade Georges-Hébert, situé à portée de balle du court Philippe-Chatrier.