Quel avenir pour les jeunes Varois ?

A l’analyse de l’article sur le marché de l’immobilier dans le Var paru dans Var Matin, il apparait que si les taux de crédit baissent, les prix en revanche se maintiennent. Ce qui implique une procastination dans les projets d’ acquisition de la part des ménages (63%).

Une idée-reçue qui a la vie dure

S’agissant de la région Provence Alpes Côte d’Azur en général et du Var en particulier, il y a une idée-reçue qui a la vie dure, celle selon laquelle, le soleil, l’attractivité liée aux loisirs ou aux vacances ferait de notre région une sorte d’ eldorado, de micro-marché… Si dans les comportements des vendeurs cette idée de « micro-marché » déconnecté du marché réel a des effets persistants sur les prix, les chiffres nationaux sont là pour rappeler que le volume des ventes est sensiblement équivalent à la moyenne nationale…

Le Président des notaires du Var d’affirmer : « Dans le Var, nous avons toujours une démographie positive, des gens qui veulent passer leur retraite au soleil et nous sommes à l’abri des grand plans sociaux dans la mesure ou nous n’avons pas de grandes entreprises. Une relative stabilité devrait donc être de mise.»
Deux observations à la lumière de ce constat, notre démographie serait soutenue par l’afflux de retraités dans notre région. Il faudrait nous satisfaire du fait que nous sommes à l’abri des plans sociaux car nous n’avons pas de grandes entreprises, donc pas d’emplois ? Voilà donc de belles perspectives d’avenir pour les jeunes ou les actifs de notre département : quitter leur région natale pour se former, trouver du travail et se loger.
Selon un rapport de synthèse de l’INSEE sur la région PACA de septembre 2012 : « d’ici 2030, la croissance de la population devrait ralentir. Si les tendances démographiques récentes perduraient, Paca compterait 5,4 millions d’habitants en 2030, soit en moyenne 24 000 de plus chaque année. Le solde naturel se tasserait et l’apport migratoire diminuerait. Avec le vieillissement de la population, les décès prendraient le pas sur les naissances, freinant la croissance démographique. Les migrations deviendraient donc le seul moteur de la croissance mais ce moteur devrait faiblir, la région étant moins attractive. En 2030, un habitant de Paca sur trois aurait 60 ans ou plus, contre un sur quatre aujourd’hui.

Autre phénomène incitant à la réflexion sur la pertinence des politiques publiques, d’après l’ INSEE « Provence-Alpes-Côte d’Azur est une des régions les plus exposées à la pauvreté. En 2009, plus de 15 habitants sur 100 (soit 772 300 personnes) vivent sous le seuil de pauvreté. Les conditions de logement sont par ailleurs difficiles dans la région, la plus chère sur le plan immobilier après l’Île-de-France. »