Le parcours santé de Lorgues un endroit où les chiens font la loi

Lorgues a la chance de disposer d’un parcours santé. Sur la longueur du parcours et par nature on y trouve des ateliers permettant la pratique de différents exercices convenant au plus grand nombre, quelque soit sa forme physique. L’objectif de ce type de parcours est de permettre à ceux qui le souhaitent de pouvoir bénéficier d’un cadre sûr, aménagé, où l’exercice physique comme la détente peuvent être accomplis en toute quiétude et en pleine nature.

Ce circuit rupestre aménagé de plein air (CRAPA) d’une longueur de 1800m croise en de nombreux points le parcours d’un « sentier découverte » récemment créé. Au départ de ce nouveau sentier l’on peut consulter un panneau d’information qui indique que les chiens doivent être tenus en laisse, une mesure minimum mais de bon sens (toutefois, il serait cohérent d’étendre cette mesure au parcours santé puisque les parcours se confondent en de nombreux points).

Or, comme cela est de coutume dans notre pays, le minimum et le bon sens, qui consistent à respecter la quiétude des usagers et leur sécurité ne convient pas. Le parcours santé de Lorgues est devenu un endroit de détente pour chiens divagants… Tout ça, pour ça.

Quelques propriétaires peu scrupuleux ont pris l’habitude d’y lâcher leurs chiens (qu’ils soient de chasse ou de type « bergers allemands ») outre le fait qu’ils sont sans laisse, ils sont souvent sans surveillance ou contrôle. De plus, le parcours santé de Saint Ferréol à Lorgues est désormais balisé par les nombreuses déjections de ces canidés aux propriétaires irresponsables. Femmes seules, enfants, sportifs, personnes âgées, sont désormais à la merci de ces chiens qui divaguent.

Inutile d’espérer que la raison et l’éducation puissent  l’ emporter, lorsqu’il est demandé aux propriétaires de ces chiens de tenir leurs bêtes en laisse.

Leur réponse est souvent la même : « vous n’avez qu’à aller ailleurs, les chiens ont les mêmes droits que vous… » ou encore « mes chiens (un couple de bergers allemands en liberté) sont enfermés toute la journée il est normal que je les lâche » (l’on peut s’interroger effectivement sur l’opportunité d’acquérir 2 bergers allemands si l’on n’ a pas de jardin chez soi…).

Un rédacteur du journal para-municipal avait judicieusement écrit dans un article (page 5 du n°126 du « Vivre à Lorgues ») au sujet du « parcours santé », il suggérait qu’il « devrait être interdit aux chiens peu sociables ou dangereux laissés en liberté »…

Comme c’est souvent le cas en France, pour répondre aux comportements irresponsables, il faudra qu’un accident se produise pour que les choses changent et que le bon sens l’emporte enfin. En attendant, c’est à la peur au ventre que les joggers, parents d’ enfants et autres usagers de bon droit de cet équipement unique, sont condamnés.