Lorgues : inauguration de la galerie Matteo

Hier soir à Lorgues la galerie d’art Mattéo procédait à son inauguration. Béatrice Chauville, l’hôtesse des lieux y présente son œuvre sous forme de toiles aux différents formats qui ne peuvent laisser indifférent. Inspirée par l’art antique en général et l’art étrusque en particulier, ses toiles sont quasiment « vivantes » tellement le mouvement y est suggéré avec une grande finesse. D’aucuns y verront même du matisse dans certains de ses tableaux. Du reste, ce poême d’Aragon dédié au rival de Picasso, lui conviendrait aussi :

« Je rends à la lumière un tribut de justice, immobile au milieu des malheurs de ce temps, je peins l’espoir des yeux afin qu’Henri Matisse, témoigne à l’avenir ce que l’homme en attend »…

Du plaisir des yeux à celui des oreilles

Si les toiles de la galerie Matteo ont pu ravir les yeux de ses visiteurs, à l’occasion de cette inauguration les oreilles n’ont pas été en reste, puisque hier soir il y avait du lourd du très lourd ! Un trio de Jazz a en effet enchanté l’assistance. Formé par Théo Zipper jeune bassiste très prometteur, inspiré par Miles Davis, Marcus Miller ou Django Reinhart et diplômé de l’Institut Musical de Formation Professionnelle de Salon de Provence, ainsi que par le guitariste Julien Zambon (fondateur du Trio Jazz « Z trio ») et par… Francesco Castellani.

Francesco Castellani le « Sinatra » du Trombone

Italien né au Luxembourg, obtient le premier prix du Conservatoire royal de Bruxelles et le premier prix de l’Académie internationale de musique de Cologne. Il a pour professeurs de très grands noms : Branimir Slokar en musique classique, et Jiggs Whigham en jazz.

Avant de mener une carrière de soliste en France, il passe dix ans en Allemagne comme musicien de studio. Dix ans de travail et de formation intense, pendant lesquels il enregistre de nombreuses émissions de télévision avec les plus grandes stars internationales : Sammy Davis, Frank Sinatra, Caterina Valente, Diana Ross… Ce sont des années où il se produit avec le Stan Kenton Memorium Orchestra avec Charlie Mariano, Mel Lewis, Bobby « Butter » Burges.

Très demandé sur la scène européenne, il a joué aux côtés de nombreux musiciens, parmi lesquels Michel Marre, Michel Zenino, Jean-Marc Jafet, François Chassagnite, Ray Drummond, Keith Copeland, Olivier Ker’Ourio, Olivier Hutman, Bruno Ziarelli, Lionel et Stephane Belmondo, Carine Bonnefoy, Gilles Naturel, Daniel Huck…

Il fait partie du French Riviera Middle Band d’Eddy Gaulein-Stef ; premier trombone et soliste dans l’orchestre du Loews à Monte Carlo ; et il a été et est membre de diverses formations, parmi lesquelles le Mario Stantchev Sextet et le Philippe Petrucciani Quintet… Toujours avec Mario Stantchev et Philppe Petrucciani, il a formé le Trio Perfetto.

Jacques Aboucaya « la » plume de « Jazz Mag », écrira à propos de Francesco Castellani : « l’ une des plus somptueuses sonorités et qualités d’embouchure qui se puissent entendre actuellement au trombone ».

De la galerie Matteo aux bonnes choses

Ce vernissage fut aussi l’occasion de réunir les commerçants dynamiques de la place Clémenceau, qui dans un bon esprit sont venus soutenir ce nouvel établissement. Tout naturellement, la soirée se termina au restaurant les « Bonnes choses » avec le prodigieux Lionel Marrache le pianiste des lieux.

Galerie Matteo ouverture du mardi au vendredi. Rue de la Trinité Lorgues.