Les Assises du Numérique 2009

Il nous faut miser sur le numérique parce qu’il est un levier de croissance qui s’exerce au cœur de tous les secteurs économiques traditionnels : il est l’instrument de leur innovation. Le numérique est à ce jour l’un des rares secteurs économiques à poursuivre son développement, et c’est pour le consolider que le gouvernement a choisi de consacrer un volet numérique au Plan de relance.
Le développement de l’économie numérique ne représente en réalité qu’une partie que l’importance sociale qu’ont prise les réseaux et les usages qui en sont faits. Ce qui naît aujourd’hui, au travers des usages massifs et quotidiens que nous faisons des réseaux et des équipements, c’est une société numérique, qui vit ses premières années et se forge une culture. Une société tissée par des mœurs parfois nouvelles, des formes de travail récentes et des usages également nouveaux.
Miser sur le numérique, comme y appellent les Assises avec une ambitieuse détermination, suppose que l’on comprenne cette société numérique et qu’on en débatte collectivement. C’est l’objet des Assises, et c’est également celui auquel je consacre ma mission gouvernementale. Je me bats aujourd’hui pour que toutes les grandes mesures d’encouragement national puissent bénéficier pour partie à l’innovation numérique. Le Séminaire national a défendu l’opportunité de faire bénéficier une partie de l’investissement issu de l’emprunt au numérique. C’est une démarche que les Assises, je n’en doute pas, contribueront à porter. Elles seront l’occasion d’expliquer combien l’innovation numérique, aujourd’hui, est un extraordinaire outil de croissance.
Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET
Secrétaire d’Etat chargée de la Prospective et du Développement de l’économie numérique

Laisser un commentaire