Le nouveau monde 2.0

Il se tient actuellement à Paris le séminaire international « Nouveau Monde 2.0 : Concrétisons l’Internet du futur ». A l’initiative du Président de la République, Internet a été placé au centre de l’agenda international. Dans le prolongement de l’e-G8, qui a réuni les grandes figures mondiales de l’Internet, et du sommet du G8 de Deauville, qui s’est mobilisé pour garantir la confiance dans un Internet pour tous, ouvert et libre, cette rencontre réunira des Ministres de tous les continents, des grandes entreprises, des startups, des capital-risqueurs, des blogueurs et des ONG pour concrétiser ces principes.

Il s’agira de promouvoir les projets exemplaires et les meilleures pratiques internationales autour des quatre thématiques clés de l’Internet du futur : l’innovation et les réseaux, le respect de la vie privée, la lutte contre les fractures numériques et la sécurité des réseaux.


Une conférence sur l’internet pour tous

L’accès aux technologies numériques et à l’Internet est devenu aujourd’hui une des conditions d’intégration dans les sociétés de très nombreux pays. Alors que l’on dénombrait fin 2010 plus de deux milliards d’utilisateurs à Internet, l’enjeu consiste aujourd’hui à raccorder « le milliard suivant » et concerne tant les pays développés que les pays en développement. De nombreuses solutions ont été mises en oeuvre depuis plus de dix ans par les pays, selon des modalités et des priorités qui leur sont propres.

Au-delà de l’accès aux réseaux, il est aussi nécessaire d’intégrer l’ensemble des populations dans la société du numérique : 150 millions d’européens, soit 30% de la population, n’avait jamais utilisé Internet début 2010 ; l’Afrique connaît la plus importante croissance des connections au monde, mais le taux de pénétration d’Internet reste encore inférieur à 15%.

De nombreux citoyens (ou entreprises) ne cherchent pas à se raccorder à Internet, ou n’en exploitent pas toutes les potentialités, pour des raisons multiples : compétences informatiques insuffisantes, coût de ces technologies, absence d’intérêt évident pour ces usages… Les fractures numériques sont désormais plurielles et exigent toutes des réponses spécifiques et globales afin de mettre l’Internet réellement à la disposition de l’ensemble des acteurs de la société, individus et entreprises.


Un tarif social voté le 30 septembre 2011

Le 30 septembre dernier les députés ont votés le tarif social d’accès à l’ internet. Celui-ci est porté à 19€/mois pour les bénéficiaires du RSA dans le cadre d’une offre « double-play » distribuée par Orange qui en aura le monopole. On peut regretter qu’une offre plus abordable ait pu être proposée.

Numéricable proposait en son temps un tarif à 4€/mois.