dracenie.net

Média varois au coeur du sud

La Suisse exception Européenne

En France, le « modèle » Allemand fait rêver, et si on se trompait ? La Suisse ne fait pas partie de l’Union Européenne et pourtant géographiquement partie prenante de notre vieux continent, sa situation ne s’en trouve pas moins bonne. Face au déficit de la France en la matière, la Suisse affiche un solde positif de 24 milliards de Francs Suisse (19 milliards d’Euros soit 4 milliards de plus que le produit de notre Taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques) pour sa balance commerciale (source : Département Fédéral des Finances).

Une balance commerciale positive

Un solde positif qui s’explique par ses échanges commerciaux avec les Etats Unis, l’Italie et l’Allemagne pour des produits comme la Chimie, les instruments de précision, l’horlogerie, la bijouterie, les machines ou autres appareils électroniques.

Un taux de chômage des jeunes anecdotique

Alors qu’en Europe, un quart des moins de 25 ans est sans emploi, en Suisse les chiffres du Seco confirment la bonne situation des jeunes Suisses. En avril 2012, les 15-19 ans étaient moins de 2% à être inscrits au chômage. Et les 20-24 ans 3,9%. «En 2011, la conjoncture était positive durant l’été. C’est à cette période que ceux qui terminent leurs études cherchent un premier emploi», rappelle le Seco. Toutefois la conjoncture n’est pas seule en cause: le système dual – l’apprentissage, qui combine formation scolaire et pratique – contribue grandement à cette exception suisse (source : le temps.ch ).

A lire  Régionales 2010 en PACA : Mariani tête de liste UMP

Une stratégie énergétique inédite

Autre singularité de la Suisse sa récente prise de décision concernant le nucléaire. Prenant le problème à l’endroit, la Suisse s’est engagée à revoir sa consommation d’électricité dans le cadre d’ un projet ambitieux à l’horizon de 2050. Ce projet passe par le désengagement du tout électrique, notamment en matière de chauffage. Le pays, qui doit abandonner le nucléaire à l’horizon 2034, se laisse treize années pour éradiquer ses 250.000 chauffages électriques.

L’arrêt programmé du chauffage électrique suisse s’accompagne d’autres mesures, afin d’améliorer l’électro-dépendance du pays. L’Office fédéral de l’énergie (OFEN) indique dans sa Stratégie énergétique 2050 que pour compenser la disparition progressive de l’électricité d’origine nucléaire, il mise «sur la promotion intensive de l’efficacité énergétique, de l’énergie hydraulique et des nouvelles énergies renouvelables». Toute une panoplie de techniques de substitution est ainsi valorisée en Suisse : chauffage au bois, panneaux solaires, géothermie, pompe à chaleur…

Please follow and like us:
error