Inondations en Dracenie : l'année d'après

Aujourd’hui, 15 juin 2011, la plupart des médias ont quittés pour un temps « l’essentiel » de l’actualité… Le supposé soutien de Jacques Chirac à François Hollande ou encore « l’affaire DSK », pour revenir un an après sur le bilan des terribles inondations que notre département et plus particulièrement la Dracénie ont connu le 15 juin 2010.

Si de nombreuses questions demeures, si le constat est fait que de nombreux chantiers restent à mener afin de rétablir une vie normale pour de nombreux quartiers ou familles, si un bilan était à faire, cela serait celui de la solidarité populaire. En effet, dans le malheur, outre la confirmation de l’abnégation, du courage et du dévouement exemplaire des forces de secours comme les pompiers ou l’armée, c’est la solidarité populaire ou citoyenne qui s’est organisée spontanément pour pallier bien souvent le manque de préparation, d’anticipation ou d’organisation et de compréhension de la part de certaines administrations ou sociétés d’assurances.

S’il est un bilan positif dans ce drame qui a fait contre toute prévision de trop nombreuses victimes, c’est celui de l’organisation citoyenne. Chacun, à sa façon, de manière plus ou moins officielle ou discrète, a essayé spontanément, sincèrement, d’aider son prochain.

Une forme d’intérêt supérieur, celui de la survie ou de la reconstruction s’est imposé à tous (ou presque) au delà des différences entre les uns ou les autres qui peuvent s’exprimer en temps normal, dans telle ou telle gazette ou café du commerce. C’est sur cette capacité à se mobiliser, à créer une société plus fraternelle et solidaire que la Dracénie devrait rebondir pour envisager son avenir. Il est vrai, la langue de bois, les habitudes de tel ou tel baron politique ont pu laisser songeur sur la réalité fluctuante suivant qu’elle est vécue « en haut » ou qu’elle le soit « en bas ».

Si cette prise de conscience pouvait s’exprimer dans les urnes un jour ou un autre, cela serait certainement porteur d’espoir. Parmi les élus, de la part desquels on a peut-être injustement beaucoup trop attendu, certains ont su faire montre de qualités évidentes, d’engagement sincère et d’efficacité, au service de leurs administrés. Le Maire des Arcs sur Argens, fait partie de ceux-là.

Exemplaire, Monsieur Alain Parlanti l’a été, et cela a été unanimement reconnu. S’ il pouvait y avoir en Dracénie des élus véritablement soucieux de l’intérêt général, plutôt que de leur carrière, la Dracénie y gagnerait certainement. Il n’est d’ailleurs pas utopique que de l’espérer, car il ne dépend que des « citoyens-électeurs » que de reprendre le pouvoir et de faire les bons choix. Car ils l’ont bien montrés, les « Dracéniens » ont de quoi croire en eux-mêmes, face à l’adversité,  ils ont été à la hauteur, avec courage et dignité.

 

Laisser un commentaire