Le haut débit en dracénie: fallait oser…

Certes, comme on dit dans le spectacle, « Show must go on »… Dans un précédent billet, « la Dracénie se rêverait-elle en Monaco? » était suggéré l’usage d’écrans de fumée à renforts de Presse Quotidienne Régionale, qui n’étaient pas nécessairement en rapport avec les aspirations immédiates de la plupart des Dracéniens.

Si la fracture numérique est un réel problème et la lutte contre les zone blanches tout à fait pertinente et louable, le moment, au delà de l’aspect « com », est peut-être mal choisi pour parler de « haut débit » alors que l’avant-veille, la Dracénie entière, sous la conduite d’ un Maire de Draguignan toujours à la hauteur et fédérateur, commémorait un évènement dramatique, dont les stigmates et les traumatismes n’ont pas encore été levés.

Le « tout com » peut montrer en l’espèce ses limites, des limites que le « lecteur-électeur » averti aimerait qu’elles s’imposent d’elles-mêmes de temps en temps.

Article similaire :