Festival de Sanremo 2020 une édition pâte à tartiner?

Après cette première soirée du festival international de la chanson italienne présentée par Amadeus, les impressions sont diverses.

Le festival de la chanson italienne est un indicateur de l’état de la société italienne. Ouvert sur le monde qui l’entoure il sait s’emparer des questions d’actualités. Gardien du temple, il tente année après année de donner la place aux nouveaux talents, tout en préservant la tradition des voix, des mélodies et textes qui font tout le charme et le succès de la chanson italienne que l’on aime depuis 70 ans.

70 ans de festival qui méritent d’être célébrés

Cette année 2020, marque les 70 ans du festival. Ce festival devrait être un feu d’artifices, un hommage permanent à ce que l’Italie a pu donner de meilleur en matière de chansons à travers le monde durant ce presque siècle…

Au lieu de cela, la première soirée d’hier n’a pas vraiment rassuré sur la capacité du directeur artistique à enchanter les foules exigeantes, malgré une entrée en scène qui était prometteuse.

Quelques « private jokes » entre Amadeus et son copain Fiorello. Beaucoup de discours, trop longs, pour ce show de 5 heures! Un concours de la chanson passé au second plan, on en oublierait même que le concours est l’objet premier de cette manifestation… Et une vraie nouveauté, mais dont l’effet est réduit, le « red carpet » conduisant à une scène ouvrant le festival sur la rue.

5 heures pour un spectacle « pâte à tartiner »

Une rue « Nutella », sponsor surprenant, dont les lettres s’écrivent en gros tout au long des 200 mètres qui relient le théâtre et la piazza Colombo. En terme d’image, c’est une version « cheap » que les organisateurs vont laisser aux spectateurs mondiaux. Mais c’est un coup de maître pour la marque de pâte à tartiner, décriée en France pour son utilisation de l’huile de palme(qui est, selon le fabricant, « ségréguée »).

Certes, la pâte à tartiner, Amadéus, ce présentateur italien aux faux airs de Jean-Luc Reichman, a pu montrer qu’il savait la servir. Car meubler et « tartiner », hier soir il a su le faire(durée du show, publicités comprises = 300 minutes / temps nécessaire au passage des 16 chansons de la compétition, à raison de 5 minutes par chanson = 80 minutes).

Gageons que la magie, le bon goût, la fantaisie, l’esprit de Sanremo, reviendront dans ce programme, il reste maintenant 4 jours pour mieux faire.

Toutefois, parmi les bons points nous noterons la création d’un panel de 300 votants. Fini donc les appels au « televoto », qui certes avaient le mérite de rappeler que le festival est une compétition* de chansons et non pas une tribune politique.

Ce nouveau panel a placé en tête des 12 premiers participants(sur 24), le groupe « le vibrazioni » » avec leur titre « dov’è ».

Autres bons points enfin, la célébration de la région Ligure. Magnifique. L’appel aux anciennes gloires comme Al Bano et Romina Power. Le décor majestueux du théâtre Ariston. L’orchestre toujours d’une qualité exceptionnelle. Le retour remarqué et inespéré, de l’emblématique Beppe Vessicchio.

*Le gagnant du festival sera connu samedi prochain. Il aura le privilège de représenter l’ italie au concours Eurovision de la chanson.