e-commerce : la loi Hamon c'est maintenant

Dès demain, la loi Hamon encadrant le marché du e-commerce entrera en vigueur. Avec 600 millions de transactions pour un chiffre d’affaires de 51 milliard d’euros en 2013 (source : FEVAD), le secteur du e-commerce se porte pour l’instant plutôt pas mal. Or, la loi du 17 mars 2014 sur le e-commerce et dite « loi Hamon » va bouleverser les cyber commerçants comme les sites de ventes privées, de voyages pas cher, de Tour Operator, de vente de lunettes en ligne, ou d’objets high tech…

e-commerce : 6 points à retenir sur la loi Hamon

Destinée à protéger et à sécuriser les achats des consommateurs particuliers, la loi Hamon sur le e-commerce s’articule suivants les points suivants :

1. La transparence
Transparence de la part du cybermarchand sur son identité, ses prix (suppression des ajouts de services non désirés par système de pré-cochage), ses garanties, son SAV.

2. Le délai de rétractation
Le droit de rétracatation est porté à 14 jours. Ce nouveau délai comme les nouvelles dispositions de la la loi Hamon devant figurer sur les conditions générales de ventes dès le 14 juin 2014 sous peine de fortes amendes (jusqu’à 300 000€). De plus, le cybermarchand devra apporter la preuve du respect de ses nouvelles obligations…

3. La confirmation des engagements
Le cyber marchand devra confirmer de manière « durable » (par exemple un e-mail avec fichier .pd) les éléments de la commande et ses conditions ainsi que le délai de livraison dont la durée maximale est portée à 30 jours.

4. La fin des clauses abusives
Toute décision favorable qui sera rendue en faveur d’un consommateur pourra s’appliquer à l’ensemble des consommateurs d’une même fournisseur, même si ces derniers n’ont pas eux-mêmes agit en contestation.

5. La mise en jeu de la garantie de conformité
Passant de 6 mois à 2 ans, la garantie de conformité (en cas de défaut de conformité à la livraison) sur les produits neufs se voit donc élargie.

6. Le remboursement
Que ce soit dans le cadre du délai de rétractation (14 jours) ou du non respect du délai de livraison (30 jours maxi) le délai de remboursement sera de 14 jours maximum.

Les Drive et le High Tech champions de la conversion

Les Drive qui ont plu fleurir ces derniers mois en prolongement d’hypermarchés ou de supermarchés, tout comme les sites de vente en ligne spécialisés en produits High Tech sont les champions de la conversion. Le taux de conversion pour les « Drive » est de 41,7% par visiteur, pour les produits High Tech il est de 8,1%.

Voilà donc de quoi creuser, en terme de complémentarité entre le web et la boutique physique. Le canal web pouvant servir de « canal d’appel », permettant une pré-sélection ou une commande. La boutique plus rassurante, finalisant l’acte d’achat, un acte d’achat réduit dans le temps dans la mesure où une première information aura été diffusée via le web.

Le web to store, le couponing ou les stratégies « push » en mobilité, devraient être des pistes d’avenir pour le commerce de proximité s’inscrivant dans la démocratisation, la sécurisation et le développement inexorable du cyber commerce.