Draguignan : gala 2016 de l'école de danse 2si2la

Hier soir le théâtre de Draguignan accueillait l’école de danse 2si2la. Pour leur traditionnel gala de fin d’année, les élèves et leur professeur ont proposé au public des parents et amis un spectacle particulier. Il s’agissait en effet de la dernière représentation publique de l’école, celle-ci fermant ses portes définitivement à Lorgues et Draguignan.

Intitulé « entre rêves et réalité », ce gala de fin d’année chorégraphié et mis en scène par Marie Delas et Julien Abes avait pour objet de retracer l’histoire personnelle de cette professeur de danse Hip Hop. Depuis son enfance, avec son goûter d’anniversaire en passant par son adolescence, jusqu’à l’ouverture de son école de danse à l’âge adulte.

Si le gala 2015 avec sa thématique Disney était indiscutablement plus joyeux, le gala 2016 était on ne peut plus émouvant. La plupart des élèves, ados ou pré-ados ont sans doute pu s’identifier cette année aux différents tableaux proposés. Comme celui de « l’entrée au collège », « l’entrée au lycée », « voir les garçons différemment ».  Quant aux autres tableaux ils étaient davantage axés sur les peurs, les questionnements ou les doutes, toutes ces étapes qui accompagnent le passage de la vie d’enfant à celle de presque adulte.

Durant environ deux heures les jeunes danseurs, ont pu démontrer leur énergie  et leur volonté de bien faire. Pas facile en effet de se produire face à un public nombreux, surtout quand il s’agit d’investir la plus grande scène de la Dracénie, celle du théâtre de Draguignan.

Des plus petits aux plus grands, les garçons et filles de l’école 2si2la ont « fait le job ». Ils étaient « ensemble » et ont enchaînés les nombreux tableaux et costumes comme des « pros ».  Résultat d’un important travail de la part de l’école et de ses élèves, ce gala a révélé une fois encore, le très bon état d’esprit de ces jeunes qui arrivent à collaborer ensemble dans l’intérêt d’un projet commun grâce au professionnalisme et à la bienveillance de leur professeur.  De quoi rêver à une réalité plus positive et heureuse. Bravo aux enfants, bravo Marie !