Communiqué de l' ADEME

Les métiers liés à la maîtrise de l’énergie et au développement des énergies renouvelables résistent à la crise :

ademe

Alors que se réunissait, hier autour de Valérie Létard, les membres du comité national du plan de mobilisation des métiers liés de la croissance verte, l’ADEME présente les résultats de son étude annuelle sur les marchés et les emplois liés à l’amélioration de l’efficacité énergétique et au développement des énergies renouvelables. Cette étude montre que malgré la crise économique, ces marchés restent dynamiques et porteurs d’emplois, avec des perspectives de croissance permettant l’atteinte les objectifs du Grenelle Environnement pour 2012.

Avec une croissance de 28% sur la période 2006-2008, les biens et services contribuant à l’amélioration de l’efficacité énergétique et au développement des énergies renouvelables sont l’un des secteurs qui résistent le mieux à la crise économique.

Selon les estimations de l’ADEME, le marché a dépassé la barre des 50 milliards d’euros en 2008 et devrait atteindre 57 milliards en 2009.

La croissance est tirée par les énergies renouvelables (en particulier le photovoltaïque et les pompes à chaleur) et l’amélioration de l’efficacité énergétique dans les transports (infrastructure de transport collectif et ventes de véhicules neufs de classe A et B).

Le nombre d’emplois directs estimés correspondant approche les 260 000 équivalents temps plein (+27% depuis 2006) en 2008, concentrés en majorité dans l’amélioration de l’efficacité énergétique du secteur résidentiel (110 000 emplois).

Le secteur pourrait atteindre environ 300 000 emplois équivalent temps plein en 2009 soit une augmentation de 90 000 emplois depuis 2006 ; une évolution cohérente avec les estimations précédentes des emplois concernés par le Grenelle Environnement.

On note cependant un léger retard dans la croissance de la production physique d’énergie renouvelable tandis que le taux de croissance des réalisations dans la rénovation thermique du logement existant reste inférieur au niveau nécessaire pour atteindre les objectifs 2012.

La réorientation progressive des mécanismes d’aide vers les systèmes les plus efficients et la mise en place du Fonds chaleur d’un côté et le succès de l’éco-PTZ de même que celui des programmes de formation de main d’œuvre devraient remédier à ces retards.

L’étude « Marchés, emplois et enjeu énergétique des activités liées aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique » permet de suivre sur plusieurs années l’évolution des marchés sur ces secteurs. Elle contribuera à l’observatoire national des métiers de la croissance verte qui sera mis en place en 2010.

Le point d’étape sur le plan de mobilisation pour les métiers verts
Ce plan, présenté par Valérie Létard, en conseil des ministres le 9 septembre dernier, fait partie intégrante du pacte de solidarité écologique.

Depuis cette date, le plan bénéficie de deux impulsions:

* Celle du comité national qui réunit près de 80 experts : A l’instar des travaux du Grenelle de l’Environnement, ce comité fonctionne sur le modèle de la gouvernance à cinq réunissant les élus, les partenaires sociaux, les associations, les collectivités locales, les personnalités qualifiées mais aussi les acteurs économiques, les organismes de formation et les ministères concernés.
* .Celles des 10 comités de filières (Transports, Automobile, Energies renouvelables, Eau-assainissement-déchets, Métiers du Bâtiment (logement, architecture, paysage, fournisseurs du bâtiment), Agriculture et Forêts (Papeterie / biomasse bois / Phytosanitaires), Electromécanique, construction électrique et réseaux, Raffinage, biocarburants et chimie verte, Tourisme, Métiers de la mer). Ces comités de filières ont pour mission de proposer une analyse quantitative et qualitative des besoins des filières et de définir des actions concrètes et adaptées à chaque métier (référentiel, formations…).

Au cours de leurs travaux, les comités de filières pourront proposer que soient conduites des actions territoriales ou des expérimentations afin de valider la pertinence des propositions en lien avec l’association des régions de France, représentée dans le comité.

L’objectif final de l’ensemble de ces réunions de travail, est que Valérie Létard présente un plan de mobilisation enrichi du travail du comité national et des comités de filières le 28 janvier prochain dans le cadre d’une conférence nationale voulue par le Président de la République.

Laisser un commentaire