Reportage au puget live festival

puget-live-festival

Quel succès pour ce premier « Puget live festival » ! Plus de 3000 spectateurs sont venus vivre cette expérience musicale à la pinède des Aubrèdes et assister à une édition 2012 qui ouvre assurément la voie royale à un nouveau grand festival Varois. Tout avait été préparé dans les moindres détails, du parking des véhicules à la sécurité, en passant par un accueil chaleureux et un soin tout particulier apporté à l’environnement, pour que le public puisse apprécier les artistes qui allaient se succéder sur scène.

Un partenariat gagnant

En organisant son festival en partenariat avec le Mas des Escaravatiers, la mairie de Puget s’était adjoint un allié de choix. Fêtant ses dix ans cette année, le Mas a déjà une belle réputation en Europe avec sa programmation pointue et son cadre exceptionnel. Et son équipe a un véritable savoir faire, elle l’a encore prouvé samedi soir.

Ce qui frappait en premier lieu c’est l’immense scène et le matériel mobilisé pour le concert. Autour de la tête d’affiche de la soirée Yuri Buenaventura, les prestations des groupes se sont enchainées sans interruption grâce à une plus petite scène « électro » tenue par les « Afronymous », DJ et chanteur, qui prenaient le relais et assuraient une véritable scène tout en «impro» entre chaque artiste. Et quels artistes!

Un plateau prestigieux

« Bibi Tanga & the Selenites » a ouvert la soirée avec son sublime groove et sa soul world music. Coup de cœur déjà programmé au Mas lors d’une précédente session, il a remporté un beau succès auprès du public. Une heure de musique « fusion » jazzy, Afrobeat, rap et électro, un groove métissé qui a fait danser un public conquis.

Le virevoltant Yuri Buenaventura a pris le relais avec son orchestre de cuivres et de percussions. Bondissant, habité par sa musique, jouant avec ses musiciens et le public, il est passé comme un éclair sur la scène et a donné une superbe leçon de salsa « en 40 secondes ! » faisant chalouper le public sur ses plus grands succès. En rappel, il a offert une superbe version de sa reprise de « Ne me quitte pas » de Jacques Brel, la chanson qui a lancé sa carrière Française.

Après les rythmes festifs et « muy caliente » de la salsa, le public a pu apprécier deux « papis » du Reggae, Messieurs Max Romeo et Lee Scratch Perry, rien de moins ! Et pour apprécier, le public a apprécié ! Ce n’est pas tous les jours qu’on a sur scène de véritables légendes, des pionniers du reggae, avant même le grand Bob Marley. Et ils ont fait le show, c’est le moins qu’on puisse dire.

Voilà un premier festival qui restera dans les mémoires de ceux qui ont eu le nez d’y assister ! On a dansé jusqu’à 1 h 30 du matin dans la nuit Pugétoise. Et qu’on se le dise, de source sûre, il y aura une deuxième édition l’an prochain.

Le maire de Puget s/Argens Paul Boudoube, rencontré entre deux scènes, nous a confié que pour lui, être élu ce n’est «pas rester frileusement sur son quant-à soi, mais aller de l’avant« . Alors, quand son équipe lui a proposé un tel projet, il a dit : banco ! Vue la satisfaction du public, ce fut une excellente décision. Nous souhaitons longue vie au « Puget Live Festival »… Et qu’il fasse des émules.

 

26/08/2012

Partagez

A propos de Eva Pedroni

"Des choses à dire et à écrire. Les yeux ouverts, j'adore la soupe ! La manger, pas la servir..."